José Luis Guerin: notes pour une filmographie

José Luis Guerin est né à Barcelone le 1er janvier 1960.

Entre 1975 et 1982, il réalise une douzaine de films, aujourd’hui “films fantômes” car nous n’en connaissons que les ombres (leurs titres – ou “paratextes” selon la terminologie Génettienne) et les critiques écrites sur eux (leurs péritextes1).

En 1982, il se lance  dans la réalisation de son premier long métrage qui inaugure ce que l’on connaît aujourd’hui comme sa « filmographie » – qui comprend donc les films connus du public.
Entre 1983 et 2018, Guerin a réalisé neuf longs métrages, deux moyens métrages, deux courts métrages, deux expositions artistiques et une correspondance filmée avec le cinéaste Jonas Mekas.

Nous présentons ici, de façon synthétique, ces deux moments du parcours de José Luis Guerin2.

Quelques notes sur la pré-filmographie (1975-1982)

La pré-filmographie de José Luis Guerin laisse entrevoir une certaine sensibilité au temps, au quotidien, au réel. On y découvre des motifs qui réapparaîtront tout au long de sa filmographie: la réflexion formelle; un intérêt marqué pour le hasard et les jeunes filles; le goût des portraits et de l’observation du quotidien ; l’amour du cinéma ; l’exploration des traces que le temps et les histoires laissent en passant; une vision géognostique de l’espace. Ces films manifestent également le plaisir avec lequel le cinéaste expérimente le langage cinématographique, travaille le son et la matière même du film – le celluloïd.

Ces premières réalisations révèlent une liberté de choix qui se fait sensible jusque dans leurs formats (du Super-8 au 35mm en passant par le 16mm et la vidéo, en couleur et/ou en noir et blanc, sonore et/ou muet) et leurs durées (de 8 à 180 minutes). De même, si dans le titre de son premier film José Luis Guerin affichait une faute d’orthographe (La hagonía de Agustín, 19753), c’est sans doute pour annoncer de façon ostentatoire qu’il n’est pas allé à l’école du cinéma. En exprimant son rejet pour l’école (du cinéma ou pas), José Luis Guerin affirme son indépendance et son antipathie pour les systèmes de pensée et les normes de création académiques, méthodologiques, standardisés. Sa connaissance comme son amour du cinéma, et des arts en général, ne se sont évidement pas développés dans le système franquiste.

Quelques notes sur la filmographie (1983-2018)

C’est avec le film En construcción (2001 : premier documentaire primé aux Goyas) que José Luis Guerin  se fit connaître du grand public. Ce film (quatrième long métrage du cinéaste) nous plonge dans le cœur du Barrio Chino de Barcelone en pleine réforme urbanistique ; José Luis Guerin filme la transformation humaine qu’engendre cette transformation urbaine. Dès sa sortie en salle, En construcción connut un grand succès auprès du public comme des professionnels. Depuis 1992, avec El Sol del membrillo (Le songe de la lumière, 1992) de Víctor Erice, le documentaire espagnol n’avait pas autant fait parler de lui. Suite au succès de ce film (inattendu pour un documentaire), une grande partie des cinéphiles et de la critique découvrit les films antérieurs du cinéaste : Los motivos de Berta, fantasía de pubertad (1984) ; Innisfree (1990) et Tren de sombras, el espectro de le Thuit (1996).

Dix-sept ans plus tôt, en 1984, apparut un film insolite dans le panorama du cinéma espagnol de l’époque (noir et blanc, plans fixes, histoire minimale): Los motivos de Berta, fantasía de pubertad. Le film suit l’évolution d’une adolescente (Berta) qui vit dans un petit village de Ségovie, province au paysage plat, infini. Ce film eut un large succès critique et fut considéré comme le premier film du cinéaste (bien que, nous l’avons vu, dès 15 ans, José Luis Guerin réalisa plus d’une douzaine de films de facture expérimentale). Trois ans plus tard, il réalise Souvenir, un court métrage où l’on retrouve l’actrice de Motivos de Berta (Silvia Gracia), dans des scènes du quotidien. En 1988, José Luis Guerin part en Irlande, sur les pas de John Ford et du tournage de The Quiet Man (1951). Innisfree (1990) examine la formation d’une mémoire collective, celle des habitants du village irlandais où John Ford, John Wayne et Maureen O’Hara apparurent le temps d’un tournage. Les protagonistes du film de John Ford (déjà morts), en récupérant ce temps perdu du tournage de The Quiet Man viennent occuper les espaces qu’ils avaient habités quarante ans auparavant.

Examinant quelques (faux) films familiaux Tren de sombras fait revivre un temps perdu. Ce film complexe et ambigu (sorte de « documenteur ») sous une apparence simple (des films de famille en noir et blanc et muets) déconcerta une grande partie de la critique et du public. De la sorte, ce film peut souvent être présenté comme un documentaire (projeté au festival Cinéma du Réel à Paris en 2005) et comme un film fantastique (le film obtient le Méliès d’or et d’argent de la Fédération européenne des festivals de films fantastiques).

Ainsi entre 1983 et 2001 José Luis Guerin réalise quatre longs métrages (fictions, documentaires narratifs -ou de création-, fake) dans lesquels il mêle les écritures cinématographiques, les temps, les mémoires. Devant la difficulté de cataloguer l’œuvre du cinéaste, les critiques s’accordaient tous (en 2001) sur un même point : José Luis Guerin était considéré (avec Víctor Erice) comme un cinéaste au processus créatif lent.

Pour échapper à cette étiquette, en 2007, José Luis Guerin offrit aux spectateurs trois œuvres réalisées dans différents formats mais s’intéressant toutes trois au même motif, celui de la femme inaccessible. De ces trois œuvres, celle qui sera le plus largement connue du public est sans doute le long métrage En la ciudad de Sylvia (fiction tournée avec Pilar Lopez de Ayala et Xavier Laffite dans les rôles principaux) qui étoffe le projet Unas fotos en la ciudad de Sylvia et le fera voyager à travers le monde. À l’occasion de ses invitations dans de nombreux festivals, il réalise ensuite Guest (2010).

En 2009, il entame une correspondance filmée avec Jonas Mekas. Cette correspondance (Correspondencias, 2011) est projetée pour la première fois en 2011 et a fait l’objet d’une exposition au Centro Contemporaneo de Barcelona et au Centre Pompidou. La même année, il réalise une nouvelle exposition (La Dama de Corinto, exposée au musée Esteban Vicente de Segovia, 2011) et écrit Dos cartas a Ana, la commissaire de l’exposition. Toujours en 2011, il réalise un film intimiste après le suicide d’un de ses voisins qui avait pour habitude de jouer du violon à sa fenêtre (Recuerdos de una mañana, 2011).

En 2015, José Luis Guerin répond à une commande du festival du film de La Rochelle autour de la Cathédrale Saint Louis qui donnera le documentaire Le Saphir de Saint Louis4. Il achève également le long métrage La academia de las Musas, expérience philologique étonnante (présenté d’abord à Locarno, le film obtient la boussole d’or au festival de Séville et fait actuellement le tour des festivals internationaux).

Nous le voyons, José Luis Guerin ne cesse de surprendre les attentes des spectateurs, diffuseurs et producteurs, troublant constamment l’image que l’on se faisait de lui et s’échappant toujours de la case (théorique, de programmation ou commerciale) dans laquelle on venait de l’installer.

Tour à tour qualifié de cinéaste-poète, de cinéaste-essayiste, de cinéaste‑documentariste ou de cinéaste-expérimental, il se trouve habituellement comparé tant aux grands maîtres de la fiction qu’aux grands metteurs en scène de l’expressionnisme allemand et aux grands réalisateurs de documentaires (sont le plus souvent cités : Griffith, Ozu, Renoir, Dovjenko, Dreyer, Murnau, Bresson, Vigo et Flaherty). Son œuvre apparemment très hétéroclite (du documentaire à la fiction en passant par l’essai, l’installation et le documenteur; du noir et blanc à la couleur ; du 35mm à la vidéo ; du cinéma au dvd et au musée), apparaît comme « inclassable » aux yeux de nombreux critiques. Mais le fait que cette œuvre libre déconcerte ceux qui tentent de la définir et de la cataloguer ne signifie pas pour autant qu’elle soit décousue. De fait, José Enrique Monterde, qui s’est attaché à comprendre l’œuvre plus qu’à la cataloguer, peut conclure à l’existence évidente d’une trame souterraine :

La evidente existencia de un hilo subterráneo que une productos tan aparentemente diversos como los que constituyen su limitada filmografía (y que imagino en muchos aspectos están preludiados en esa pre-filmografía prácticamente desconocida que antecede a Los motivos de Berta). ¿Dónde se sitúa ese sentimiento común a los diversos films de Guerin? Pues, evidentemente, así lo creo, en la permanente reflexión sobre la materia base del cine: el tiempo5.

Pour citer cet article: Myriam Mayer, "José Luis Guerin: notes pour une filmographie" in Sans tambour ni trompette, 23/07/2018, https://stnt.hypotheses.org/88.

  1. Tous réunis dans le livre J.M. García Ferrer, M. Roms (eds), Surcando en el jardín dorado. Un viatge pels films de José Luis Guerin i les fotografies de Eduardo Memeñe, Barcelona, Cine-Club Associació d’Enginyers Industrials de Catalunya, 1984,p 23-39 []
  2. Nous reprendrons ici les termes de « pré-filmographie » et de « filmographie » utilisés par José Enrique Monterde, « José Luis Guerin: ¿Documental ? ¿Ficción? Cine », Al otro lado de la ficción, 13 documentalistas españoles contemporáneos, Josetxo Cerdán, Casimiro Torreiro (eds.), Madrid, Cátedra, 2007, p. 118. Nous appellerons donc « pré-filmographie » la période qui va de 1975 à 1982 et « filmographie » la période de création qui commence en 1983. []
  3. Au sujet de la date à laquelle José Luis Guerin commence de filmer (1975) et quant au titre de son premier film (qui pourrait renvoyer à l’agonie du caudillo), on pourrait sans doute citer Bataille : « La date à laquelle je commence d’écrire […] n’est pas une coïncidence. Je commence en raison des événements mais ce n’est pas pour en parler. », Le Coupable (1939-1944), Œuvres complètes, V, Paris, Gallimard, 1973, p. 245 []
  4. Voir : http://perspectivefilms.fr/jose-luis-guerin/ []
  5. José Enrique Monterde, « José Luis Guerin: ¿Documental ? ¿Ficción? Cine », loc. cit., p. 117-118 []

Myriam Mayer

Docteure en communication audiovisuelle : histoire, théorie et esthétique du cinéma (Universidad Pompeu Fabra) - Docteure en études hispaniques (Aix-Marseille Université) - Professeure agrégée d'espagnol

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search